Conférence de presse d'Ira Einhorn

à la Ligue des Droits de l'Homme, 27 rue Jean Dolent, Paris 75014
19 septembre 2000 à 11h00

Etant de ceux dont on a refusé l'admission à cette conférence, je vous présente ces questions dans l'espoir qu'elles soient posées, que finalement la vérité de cette affaire puisse triompher.
  Bien cordialement,
Roger Wiesenbach, (responsable du site Internet sur l'affaire Einhorn et coordinateur pour la presse étrangère et la famille de la victime).

Q: Si vous êtes vraiment innocent, pourquoi n'avez vous pas cherché la source de l'odeur de mort dans votre appartement, ni permis aux autres un examen ?

Einhorn habita l'appartement dans les mois qui suivirent la disparition de la victime, les voisins et visiteurs ont senti une abominable odeur et remarqué un liquide brun suintant du plafond. Einhorn essaya sans succès d'obtenir de l'aide afin de jeter la malle dans un fleuve. Il a ensuite refusé à quiconque d'approcher de cette pièce. Un examen définitif a confirmé la présence d'un corps bien avant sa découverte, donc pas de coup monté par un service secret.

Q: Vous avez eu une vingtaine d'années pour démontrer vos allégations d'une conspiration, ainsi que l'accès aux personnes bien-placées et l'ouverture des archives des gouvernements de l'est et de l'ouest. Avez vous fait un effort à cette fin ?

Q: Risquez vous la peine de mort ?

Non, jamais, et il le sait. Le crime a été commis en 1977, avant le rétablissement de la peine de mort. En plus, la peine capitale n'est pas appliquée pour cette catégorie de crime.

Q: Etes vous le fondateur de la Journée de la Terre ? au plan national ? local ?

Au cours de la 'Earth Day' de Philadelphie, un événement organisé dans toutes les grandes villes, le directeur lui concéda le micro afin d'annoncer le poète Allen Ginsberg, mais il a ensuite refusé de quitter la scène. La déclaration des vrais organisateurs est à http://www.amgot.org/einhorn/eday.htm Il a par la suite utilisé cette fausse renommée pour développer des contacts dans le monde des dirigeants.

Les vrais activistes anti-guerre évitaient les efforts d'Einhorn pour s'approprier la gloire de leurs projets.

Q : Votre journal personnel décrit des sentiments sadiques et nietzschéens avant et après vos attaques meurtrières contre deux autres jeunes femmes. Vous avez suggéré qu'il s'agit d'une innocente citation d'Oscar Wilde. Expliquez-vous SVP.

Une lecture de ses mots révèle autrement, voir Extraits du Journal http://www.amgot.org/einhorn/unicorn.htm

Q: Quelles sont les réstrictions imposées par les autorités française à votre liberté ?

Q : Vous parlez d'une «véritable hystérie médiatique» aux Etats Unis.
Veuillez préciser.

Questions aux dirigeants de la Ligue :
Dans quelle mesure la Ligue s'est-elle engagée à soutenir Einhorn ? au nom de tous ses membres ?
Avez-vous essayé à inviter des personnes bien informées sur l'affaire afin d'assurer des bonnes questions et une juste présentation aux journalistes ?
Avez vous refusé l'entrée aux telles personnes ?

Question à Jack Lang (Ministre de l'Education Nationale) :
Quelle impression espérez-vous donner à la jeunesse française par votre action ?

Les journalistes français ont envers leurs lecteurs le devoir d'assurer une honnête exposition des faits cruciaux de cette affaire, afin d'éviter la perte de crédit parmi leurs pairs étrangers.

La FAQ de l'affaire Einhorn (Questions et Réponses)
http://www.amgot.org/einhorn/einfaqf.htm

In English only (sorry), an exhaustively researched account of this case, "The Unicorn's Secret", by Steven Levy, first published in 1988, now in reprint.

Posez vos questions à Law-France pour obtenir une référence aux sources faisant autorité, ou à
Roger Wiesenbach
Roger.Amgot@wanadoo.fr
tél 01 30 57 12 34

Page principale de l'affaire Einhorn en français
http://www.amgot.org/einhornf.htm>