Mumia Abu-Jamal, bâton boy


Extraits de Law-France Digest # 85, 15 novembre 1999


 


"La barbarie à visage américain", est le titre d'un article dans Libération de 21 octobre, co-écrit par Danielle Mitterrand, épouse du défunt président, qui prête librement et sans vérification son nom et sa voix aux campagnes des groupes radicaux. http://www.liberation.fr/quotidien/debats/octobre99/991021b.html (périmé)

En dehors de la question de l'éthique et la valeur dissuasive de la peine de mort, ces polémiques risquent de rebondir sur la France.

En bref, il s'agit du meurtre d'un policier à Philadelphie (Pennsylvanie) et de la condamnation du meurtrier présumé, M. Mumia Abu-Jamal né Wesley Cook, à la peine de mort.

L'article de Mme Mitterrand dénonce des témoignages et indices, allégations facilement contrariées, ainsi qu'un complot des autorités fédérales, référant aux autres sites Internet à l'appui. Ces derniers constatent, sans réserve, les grandes injustices faite à Jamal, qui sont d'ailleurs facilement expliquées par les transcriptions des instances du procès, reprises dans un site Web maintenu par la famille et amis du défunt officier de police. http://www.danielfaulkner.com/TableofContents.htm

Ce site répond rigoureusement aux "mythes" perpétrés par les plaideurs de Mumia : pour ceux qui ont été présent ou qui sont arrivés juste après le crime, et qui ont examiné soigneusement les indices, il n'y a pas de doute. Il est recommandé de lire ces pages avant de s'associer avec un projet qui risque en plus de nuire à la réputation des apôtres du droit français. Cette lecture donne aussi un aperçu de valeur pédagogique sur le fonctionnement de justice aux Etats-Unis et permet de comprendre comment il est possible de résoudre des questions d'erreurs judiciaires par la tenue d'une transcription des procédures. Une condamnation doit être prononcée seulement si aucun doute subsiste 'beyond reasonable doubt' et non simplement par intime conviction.

Des chefs principaux :

L'utilisation de langage tel que "barbarie", "bourreau", "assassin", "fasciste" ... et des arguments qui sont facilement écartés, ne semblent pas être la bonne manière à influencer les personnes qui sont en position d'assurer la justice dans le cas de Mumia Abu-Jamal - mais on pressent que ce n'est pas la priorité de celles-ci. M. Jamal connaît bien les règles du jeu, il est devenu l'outil manipulateur d'émotions des foules de même qu'il a manipulé la rancune des noirs de Philadelphie.

Quelle peut être la leçon si Jamal est libéré, étant la demande la plus souvent évoquée ? Le meurtre des policiers devient en effet 'décriminalisé', il ouvre une brèche entre les communautés et décourage les 'bonnes' police, laissant le terrain aux 'cowboys' pour rendre une justice 'expéditive'.

La justice américaine est-elle barbare à cause de la présence dans certains Etats de la peine de mort ? Environ 70% des électeurs aux Etats-Unis et au Canada sont favorable à la peine capitale dans certaines circonstances, et les lois reflètent leur volonté. Faut-il dire qu'ils sont barbares ? Parmi les noirs, le pourcentage est de l'ordre de 80%. Les Français à 40-50% selon la question et les événements récents. Et alors, qui sont exactement les barbares ?

La demande que les décisions d'un jury composé de citoyens et que les procédures de l'Etat de Pennsylvanie soient annulées par le président Clinton montre une ignorance ou un mépris de la séparation de pouvoirs aux Etats-Unis, une volonté à exporter une justice arbitraire.

Pour plus d'informations
http://www.philly.com/packages/mumia/default.asp (périmé)
http://www.monde-diplomatique.fr/dossiers/mumia/
http://www.mumia.org

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

2) La France, récalcitrante à l'Europe des droits de l'homme

«Il serait extrêmement regrettable que la France soit le premier Etat membre ... à ne pas respecter son obligation de se conformer aux décisions prises au titre de la Convention européenne des droits de l'homme» ...
http://www.liberation.fr/quotidien/semaine/991108luno.html (périmé)
"Abdelhamid Hakkar est toujours en prison, où il purge une peine de réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une période de sûreté de dix-huit ans pour le meurtre d'un policier, qu'il a toujours nié. ... Abdelhamid Hakkar a été jugé en son absence et sans avocat"
Copie à http://www.amgot.org/libe9k8.htm

La France condamné pour la torture
http://www.liberation.fr/quotidien/semaine/991112venk.html (périmé)
Exemple de la justice expéditive d'un corps de police à qui on a accordée carte blanche, la France a été condamné par la Cour européenne des droits de l'homme pour «torture» dans l'affaire Selmouni, un trafiquant de drogue. Celui-ci attend toujours sa récompense de FRF 500.000, et l'Etat français n'a pas encore exprimé une volonté à combattre ces habitudes. "Parmi des juristes l'affaire ne suscite pas les débats que l'on pourrait attendre."

En revanche, La Turquie, autre lauréat dans ce domaine, «a engagé un important processus, incluant notamment des mesures réglementaires et des mesures de formation, afin de mettre en oeuvre complètement, dans toutes les circonstances, l'interdiction constitutionnelle et légale de la torture et des mauvais traitements».

Voir aussi un rapport imprimé de janvier 1999 «France: la porte ouverte à l'arbitraire», publié par la Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH)

Commentaire par Roger Wiesenbach


Retour à la page d'accueil Law-France
Retour à la page d'accueil AMGOT